Invention chrétienne du péché (L')

JE COMMANDE

Attention, plus que quelques exemplaires disponibles

Invention chrétienne du péché (L')

Collection Théologies

128 pages - févr. 2008

20,00€

« Si le mal n'est plus vu comme un péché, comme un "coram Deo", c'en est fini de l'espérance. Nous nous condamnons au pire, nous nous damnons. C'est cela sans doute que figure l'enfer. Refuser de penser et de peser le mal en présence du défenseur. » « Avoir pensé le mal comme péché, c'est avoir rendu possible de ne plus voir le mal comme irrémédiable. » « Au commencement du judéo-christianisme, il y a une faute pardonnable, un mal dont on peut sortir, un péché "simplement". » Ces « Pensées pour penser le mal et la lumière » d'Adolphe Gesché indiquent une intuition : il y a dans la manière chrétienne de parler du péché une invention qui est de l'ordre de la bonne nouvelle, qui est peut-être tout simplement la Bonne Nouvelle. Le cœur de cette invention chrétienne du péché n'est-il pas la rémission des péchés bien plus et bien plus profondément que la culpabilité ? Cet ouvrage présente les travaux du VIIIe colloque de théologie dogmatique de la faculté de théologie de l'Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve). Sur la difficile question du péché et du mal, les perspectives qu'il offre pourront surprendre : on s'est si bien habitué à s'en tenir à une compréhension purement négative de la notion de péché qu'il ne reste qu'à la fuir ou la nier, L'option positive à son égard, formulée déjà par le regretté A. Gesché, et approfondie ici par ses disciples, conduit à une profondeur où l'intelligence théologique de la notion de péché est revisitée avec bonheur, On en redécouvre dans ces pages la vérité. On en retrouve toute la salutaire fécondité.

--

‘If evil is no longer considered to be a sin, a “coram Deo”, then all hope is abandoned. We will condemn ourselves to the worst possible fate, we will damn ourselves. That is probably what Hell means. To refuse to think and assess evil in the presence of the defender’. ‘Thinking evil as a sin makes it possible to no longer see it as inexorable.’ ‘At the beginning of Judeo-Christianity, there is the forgivable fault, en evil we can be rid of, “simply” a sin.’ Adolphe Gesché’s ‘Thoughts to ponder on evil and light’ reveal an intuition: in the way Christianity refers to sin, there is an invention in the nature of good news, which is perhaps quite simple the Good News. Could it be that the heart of that Christian invention of sin is the forgiveness of our sins, to a greater and a deeper extent than guilt? This book presents the work of the 8th colloquium of dogmatic theology which took place at the Catholic University of Louvain (Louvain-la-Neuve). On the difficult question of sin and evil, the perspectives it presents may surprise: we are so used to accepting a negative concept of the notion of sin that we can only flee or deny it. The positive option, formulated by the late and deeply regretted A. Gesché, furthered here by his disciples, leads to a deeper level where theological intelligence of the notion of sin is revisited with joy. In these pages, readers will find truth and all its salutary fertility.
  • Dimensions : 145x235x10
  • ISBN : 9782204085311
  • Poids : 210 grammes

Avec la collaboration de : Benoît Bourgine, David Banon, Isabelle Bochet, Jean-Claude Guillebaud, Jean-Marie Sevrin, Joseph Famerée, Nathalie Frogneux, Paul Scolas, Philippe Van Meerbeeck

DANS LA CATÉGORIE

DU MÊME AUTEUR

> VOIR TOUS LES LIVRES DE l'AUTEUR