La princesse Jeanne Bibesco

JE COMMANDE

Attention, plus que quelques exemplaires disponibles

La princesse Jeanne Bibesco

de Christine Oddo

Collection L'Histoire à vif

352 pages - oct. 2007

27,00€

Princesse, carmélite, égérie de la IIIe République, Jeanne Bibesco (1864-1944) eut un destin aussi inattendu qu'exceptionnel. Dès l'âge de vingt et un ans elle choisit la vie religieuse. Elle entre au carmel d'Alger, à Bab-el-Oued, en octobre 1889. Le cardinal Lavigerie reconnaît en sœur Marie Bénie de Jésus une personnalité susceptible de servir sa politique et une femme d'une intelligence hors pair. Nommée supérieure en mai 1890, elle devient la fondatrice et la « prieure à vie » d'un des plus beaux carmels de la Méditerranée, qu'elle édifie grâce à sa fortune sur les hauteurs d'Alger. Mais la loi du 1er juillet 1901 met en péril le monde congréganiste. Mère Bénie de Jésus se rend à Paris pour défendre elle-même son dossier auprès du président du Conseil. Au terme de cet entretien de mai 1903, Émile Combes aura ces mots : « Princesse, vous m'avez vaincu », à quoi Mère Bénie de Jésus rétorquera : « Monsieur le Président, j'étais venue pour faire votre conquête, et c'est moi qui pars conquise. » S'amorce alors une complicité affective qui ne se démentira jamais. Or, en octobre 1911, le pape Pie X fait fermer le carmel. Relevée de ses vœux, la princesse revient dans le siècle, à quarante-sept ans, en femme libre et conquérante. Elle renoue avec le monde des salons, côtoie les politiques, devient une proche du cardinal Baudrillart. Son audace la pousse, à la veille de la Seconde Guerre mondiale et alors qu'elle est fort âgée, à travailler pour le renseignement français.

--

Princess, Carmelite, egeria of the 3rd Republic: the destiny of Jeanne Bibesco (1864-1944) is as surprising as it is exceptional. At the age of twenty-one she chose to take the veil. She entered into the Carmelite order in Algeria, in Bab-el-Oued, in October 1889. In Sister Marie Bénie de Jésus, Cardinal Lavigerie recognised a personality who could serve his designs as well as a woman of extraordinary intelligence. Appointed mother superior in May 1890, she became the founder and ‘prior for life’ of one of the most beautiful convents in the Mediterranean world, which she had constructed with private means in the heights of Algiers. But the law of July 1, 1901 brought dangers for the congregational world. Mother Bénie de Jésus went to Paris to defend her cause in person in front of the president of the Council. At the end of that interview in May 1903, Émile Combes had this to say: ‘Princess, you have defeated me,’ to which Mother Bénie de Jésus replied: ‘Monsieur le Président, I came to triumph over you, but it is I who leave overcome.’ So began an affectionate friendship which never faltered. But in October 1911, Pope Pius X had the convent closed. Relieved of her vows, the princess returned to her century at the age of forty seven, a free, triumphant woman. She moved back into the world of salons, frequented politicians, became a close friend of Cardinal Baudrillart. On the eve of WW2, advancing in years, she was bold enough to work for the French intelligence service.
  • Dimensions : 135x195x25
  • ISBN : 9782204083386
  • Poids : 420 grammes

Avec la collaboration de : Émile Poulat

DANS LA CATÉGORIE BIOGRAPHIES