Catégorie morale de péché structurel (La)

JE COMMANDE

Attention, plus que quelques exemplaires disponibles

Catégorie morale de péché structurel (La)

de Mathias Nebel

Collection Cogitatio Fidei - N° 252

608 pages - oct. 2006

49,00€

« Il était impossible à une personne habitant l'Allemagne en 1938 d'échapper au nazisme. Son triomphe politique et sa prétention totalitaire le rendaient alors omniprésent. Chaque situation de la vie publique mettait l'individu – sans possibilité d'échappatoire – en présence du régime politique. Chaque Allemand eut alors à prendre position ; chacun fut astreint à spécifier la nature du rapport qui le liait au nazisme et surtout à trancher entre l'acceptation ou le refus. Pour certains, l'adhésion était ancienne – celle-là même qui permit aux nazis d'accéder au gouvernement – mais pour une majorité d'Allemands, ce ne fut qu'une fois le National-Socialisme installé au pouvoir qu'ils se trouvèrent contraints à un choix : soit s'accommoder du nazisme, soit souffrir la répression ou l'exil. C'est la simplicité de ce choix qui est terrifiante. Pour sauvegarder son "âme immortelle", comme la nomme Haffner, fallait-il vraiment sacrifier le lieu de son enfance, la famille, les proches et les amis, une position sociale, un travail et tous ces biens qui font d'un lieu quelconque une maison et un pays ? Mais surtout, aujourd'hui, se peut-il qu'on doive encore sacrifier tout cela à des convictions politiques, morales ou religieuses ? Car en fin de compte que valent des convictions intangibles à l'encontre du caractère si concret de notre enracinement social ? Le fait qui retient notre attention durant tout ce livre est que ce choix a existé et qu'il se pose, ou plutôt s'impose toujours encore à un grand nombre de personnes. » (Mathias Nebel)

--

‘It was impossible for anyone living in Germany in 1938 to escape from Nazism. At that period, its political triumph and totalitarian aims rendered it omnipresent. Every situation in public life brought the individual face to face with the political regime, with no avenue of escape. Every German was obliged to take sides; everyone was compelled to specify the exact nature of their relationship to Nazism and especially to decide they were for or against the party. Some had been members for a long time – those who had allowed the Nazis to reach government – but, for the majority of Germans, it was only when the National Socialists came to power that they found themselves confronted with a choice: either put up with Nazism, or suffer repression or exile. It is the simplicity of this choice that is so terrifying. In order to save one’s ‘immortal soul’, as Haffner put it, is it really necessary to sacrifice the place of one’s childhood, family, kin and friends, social status, employment and all those things that transform an ordinary place into a home or country? But more especially today, could we once again be asked to sacrifice all those things for our political, moral or religious convictions? For, when all is said and done, just how much do we value something as intangible as our convictions when confronted with the possible loss of something as concrete as our social roots? The thing which retains our attention most in this book is that the choice did exist, and that a large number of people are still being called upon – or rather compelled – to make it.’ (Mathias Nebel)
  • Dimensions : 135x215x30
  • ISBN : 9782204080880
  • Poids : 735 grammes

DANS LA CATÉGORIE

DU MÊME AUTEUR

> VOIR TOUS LES LIVRES DE l'AUTEUR